J’ai une nouvelle confession à vous faire… J’adore les #tatouages japonais.
Pour moi, il s’agit d’un art à part entière. Je les admire. Tout me plaît en eux, les détails, leurs traits, les couleurs, la signification de chaque dessin, son histoire. La perfection !
Vous vous demandez sûrement si je suis tatouée. Et bien non. Je l’envisage fortement. Au bon moment, je sauterai le pas… Je sais déjà ce que je souhaiterais comme dessin. Les idéogrammes, leur signification qui est très spéciale et très personnelle pour moi. Chacun d’entre eux représentent une partie de moi.
Shut c’est un secret…

Mais en fait, quelles sont les origines du tatouage ?

Vous allez découvrir que contrairement aux légendes urbaines le tatouage n’est pas issu de la culture « yakuza » ou « samouraï » …

Les origines du tatouage au Japon remontent à des milliers d’années. En effet, il serait pratiqué depuis presque 10.000 ans avant ce bon vieux J-C par un peuple russes, les Aïnous, avant de s’installer sur l’île en -1.300 ans. Et c’est là que vous vous dîtes : « Hein ? Les quoi ? ».
Alors petite leçon d’histoire…

Les Aïnous étaient les premiers habitants du Pays du Soleil Levant. Ils se sont d’abord installés dans le Nord du Japon. Puis ils ont été rejoints par les peuples de Wa, les ancêtres culturels des Yamato, les Japonais #WikipédiaEstMonAmi 🙂 Il n’y a pas si longtemps, ils étaient en voie d’extinction. C’est très difficile aujourd’hui de recenser les Aïnous. Et oui, ils cachent volontairement leur origine. Certains d’entre eux n’ont jamais dit à leurs enfants qu’ils étaient issus de ce peuple, par peur de la discrimination et du racisme. Alors que « aïnou » signifie humain…

Chez les Aïnous, on se tatouait depuis enfant.
Par exemple, chez les Femmes, on se tatouait depuis l’âge de 6 ans et tout au long de sa vie. C’était pour elles un signe d’esthétisme. Elles se faisaient dessiner le contour des lèvres – ça me rappelle quelque chose ça, pas vous ? 😉 Lorsqu’elles se faisaient dessiner des moustaches jusqu’aux joues, cela signifiait qu’elles étaient mariées. Il leur arrivait de faire les avant-bras, mais par peur du mauvais œil, elles devaient les cacher des Hommes… Bizarre, non ?
Et chez les Hommes ? C’était censé représenter leur statut social, leur appartenance à un clan ou à un métier particulier (notamment les marins).
Cependant, le tatouage avait plus une vertu de protection spirituelle et religieuse.

Même si le tatouage est très prisé par les hommes, il en reste pas moins que beaucoup de femmes en deviennent des adeptes

L’Horimono à travers le temps…

Ah oui, j’ai oublié de vous dire que le vrai nom du tatouage en japonais est « #Horimono », il désigne l’ensemble des styles de tatouages, comme l’Irezumi le plus célèbre d’entre eux et le plus dessiné. L’Irezumi est une méthode où l’on tatoue tout ou partie du corps. Quand je dis « tout » c’est vraiment « tout » 😬 Pour certains passionnés, aucune partie n’échappe à l’Horishi (le Maître tatoueur).

Jusqu’à l’arrivé du Bouddhisme, soit vers 300 après J-C, le tatouage a continué son apogée.
La colonisation des Japonais de l’île a repoussé une grande partie des traditions Aïnous, allant jusqu’à l’interdit pour les femmes – rebelles, elles ont continué à se tatouer en secret #SoyonsDesHeroines
L’influence du bouddhisme, entrant progressivement dans les cultures japonaises, ne fit qu’empirer les choses. Le tatouage devint une punition pour les criminels, comme on le pratiquait dans la Rome Antique #EnModeSecretdHistoire.
Au XVIe siècle, les tatouages étaient utilisés pour marquer son appartenance à un clan quel qu’il soit. Ainsi, ils pouvaient servir pour reconnaître les clans des samouraïs ou guerriers morts durant les batailles.

Durant la période Edo (1600 – 1868), une codification du tatouage apparaît : on distingue le « prestigieux », réservé aux héros et aux grands, du « crapuleux » réservé, lui aux bandits et aux criminels. Ce changement d’image correspond à l’afflux de population dans les grandes villes comme #Edo et #Osaka, ce qui entraîne l’augmentation de la délinquance. Et c’est comme ça que l’image des Yakuzas, les familles mafieuses japonaises, furent liée au tatouage nippon. Vous : « Haaaaaaaaaaaaaan, ok ». Et ouais 😉

Entre 1868 et 1912, dîtes ère Meji, les autorités japonaises ont voulu faire plaisir à leurs partenaires occidentaux et ont interdit le tatouage japonais. Cette période vit la fin des samouraïs entre autres – comme dans le film « Le Dernier des Samouraïs » avec Tom #Cruise, très beau film.
Après la Seconde Guerre Mondiale, le tatouage est finalement légalisé. Cela dit il conservera son image en rapport avec la criminalité.

Aujourd’hui l’Horimono est bien plus populaire et répandu hors du Japon, que dedans. Et il est toujours mal perçu dans la culture nippone. Comme lors de la dernière Coupe du Monde de Rugby. Avant même que débute la compétition, la question était épineuse et très prise au sérieux. La pédagogie a été de mise durant près d’un an autant pour les Japonais que par les autres nations.

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’image négative du #tattoo lui colle à la peau… 😁

Horiyoshi III est le plus célèbre Maître Tatoueur du Japon.
Courrez découvrir son compte Instagram !

Yakuza : jamais sans mon tattoo

Donc comme je le disais plus haut… avec l’arrivée du Bouddhisme, le tatouage commença à être vu comme un acte de démarquage vis-à-vis de la société. Ainsi, seuls les brigands ou les prostituées se retrouvaient portant des tatouages.
Les Yujo, prostituées, ont utilisé les tatouages pour augmenter leur attrait pour les clients. Et pour les brigands, il s’agissait de la fameuse « punition », plutôt que d’avoir la main ou l’oreille coupée. Cette image du tatouage demeurera telle quelle jusqu’en 1868, où la fameuse codification du tatouage apparu.

Depuis la « main mise » de la mafia nippone sur les tatouages traditionnels, beaucoup d’entreprises au Japon (comme les bains publics, les clubs de fitness ainsi que les sources chaudes) refusent toujours et encore les clients portant des tatouages.
Les tatoués gardent fréquemment leurs marques secrètes, particulièrement les seniors, et même sur leur lieu de travail. Ironiquement, beaucoup de #Yakuzas et de criminels eux-mêmes évitent de se faire tatouer pour cette raison.

Chez les Yakuzas, cet art est devenu à la fois un rituel symbolique ainsi qu’une véritable fierté pour eux. Chaque grande famille et chaque clan possède ses propres motifs pour se différencier des autres.
Ils se sont inspirés des bakutos. Entre les années 1700 et le milieu du 20e siècle, les bakutos avaient l’habitude de se tatouer un cercle noir autour de leurs bras. Pour eux, un tatouage marque un crime commis, et plus il y a de cercles noirs… – oui vous savez un peu comme la tresse des #Dothrakis dans « Game of Thrones » 😉
Actuellement, les spécialistes du monde des yakuzas affirment que plus de 70 % sont tatoués

Le tatouage japonais, un art très technique…

En Occident, le tatouage d’inspiration japonaise sont les plus prisés et admirés. Cet art est devenu une tendance à l’échelle mondiale, et en particulier l’Horimono.
Un grand nombre de Irezumi demandent plusieurs années de travail, comme les dessins habillant l’intégralité du corps (Sooushinbori). Ce dernier peut prendre 5 à 10 ans.

Contrairement aux tatouages occidentaux, le japonais se fait entièrement à la main, le Tebori.
Actuellement, les tatoueurs usant de cette ancienne méthode se font rares. L’application du tatouage à la main requiert des connaissances et des techniques spéciales. Au Japon, la transmission du savoir-faire reste très traditionnelle, et se transmet notamment de maître à élève.

Dans les tatouages traditionnels japonais, les éléments naturels représentent l’arrière-plan du tatouage en question comme les nuages, le vent, les rochers ou encore les vagues. Les dessins #Irezumi dans les tatouages ont tous des significations spécifiques pour le tatoué et des significations selon les traditions. Par exemple, un tatouage de dragon marque la sagesse, la puissance et la maturité.

Et vous ? Envisagez-vous de vous faire tatouer ? Peut-être est-ce déjà le cas.
Je sais, je suis curieuse 😜
J’aimerais beaucoup découvrir vos dessins, oseriez-vous nous en dire plus sur leur signification ? Pourquoi avez-vous franchi le pas, ou aller le faire ?

A bientôt chez Sushi Ya 🎐 Marie

#Tattoo #Tatouage #Irezumi #Yakuza #Samouraï #JapanArt #MadeInJapan #Japon #Tokyo #Japan #Nippon #Nihon #Origami #Kami #Okame #Miyazaki

Fermer le menu